Rechercher

Non à la suppression de l’ACRE

Le 1er janvier 2019, le gouvernement étendait l’Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise (ACRE) à tous les créateurs et repreneurs d’entreprise.


Cette mesure intelligente est, à peine 10 mois après son adoption, menacée de disparition. Un décret introduit le 1er octobre dans la loi de finances pour l’année à venir supprimerait purement et simplement ce dispositif.


Le Mouvement des Étudiants Micro-entrepreneurs Utilisateurs de Plateformes s’y oppose fermement pour de nombreuses raisons :


– Cette décision a été rajoutée au projet de loi de finance de façon subite et sans concertation. Le gouvernement souhaite voir se développer un dialogue social apaisé et constructif chez les micro-entrepreneurs mais impose parallèlement ses décisions sans consultation préalable.


– Les pertes financières pour les micro-entrepreneurs sont importantes. Les jeunes seraient particulièrement touchés. L’ACRE est une aide majeure qui permet à de nombreux jeunes travaillant avec ce statut le temps de leurs études de payer peu de charges. Supprimer l’ACRE c’est mettre un coup d’arrêt à la création des micro-entreprises chez les jeunes qui font le pari audacieux de lancer leur micro-entreprise.


– Une décision aussi subite après l’élargissement de l’ACRE il y a quelques mois est un non-sens et ne va pas dans le sens d’une amélioration du lien de confiance entre les jeunes et les pouvoirs publics. Pouvons-nous faire davantage confiance à nos dirigeants si les réformes économiques fluctuent en fonction de leurs humeurs ?


Ces raisons poussent MEMUP à exiger du gouvernement le retrait de ce décret controversé.

0 vue0 commentaire